Actions Onatel : Et si les souscripteurs avaient été arnaqués ?

Share

Nous avons l’habitude de parler des titres Onatel en considérant les habitudes du marché boursier. Lorsque nous avons appris qu’elle comptait ne pas payer de dividende cette année encore, nous sommes allés regarder son historique pour essayer d’analyser les éventuelles conséquences. Là, nous avons découvert une pathologie congénitale qu’on avait pas remarqué.

Sur le marché primaire, les actions Onatel étaient vendues à 42 000 FCFA et 45 000 FCFA en fonction des catégories d’investisseurs. Elles ont été introduites en bourse le 30 avril 2009, au cours de départ de 45 000 FCFA l’unité. Depuis, leur prix est toujours resté entre 47 500 FCFA et 50 500 FCFA. Pourquoi cette valeur ne décolle pas depuis son introduction ?

Au commencement était une arnaque

Au moment de l’offre publique de vente (Opv) des actions, une opinion s’était plainte de ce que le prix de vente n’était pas accessible à la majorité des burkinabés. Elle a été humiliée par le grand succès de l’opération. Pourtant, l’action Onatel était effectivement trop chère, mais parce que surévaluée. En refaisant les calculs nous nous sommes aperçus que sa valeur a baissé énormément entre 2007 et 2008. Elles ne devraient pas être vendues à plus de 23 000 FCFA.

Lorsque les auteurs de la note d’information de l’Opv justifiaient le prix, ils ont dit que la valeur de la société était estimée à 180 milliards de FCFA, donc l’action à 150 000 FCFA en décembre 2007. Les 180 milliards constituaient le total du passif, or pour évaluer l’action, il fallait plutôt considérer les capitaux propres, c’est-à-dire ce qui revient réellement aux actionnaires. Là, on devait trouver environ 54 000 FCFA. Calculer sur la base des 180 milliards, c’est associer au prix de l’action, les dettes de l’entreprise. Ce qui n’est pas correct.

Il se trouve également que juste avant l’Opv, l’état burkinabé (le vendeur des actions) et l’actionnaire majoritaire, Maroc Telecom, ont procédé à une augmentation de capital par incorporation de réserves en novembre 2008. Cette augmentation s’est faite sans prime d’émission. Ce qui entraîne de facto une baisse de la valeur des actions, puisque leur nombre a triplé alors que la valeur de l’entreprise est restée inchangée. Dans le cas d’Onatel, cela nous envoi à 19 040 FCFA l’action, lorsqu’on considère ses états financiers de 2007, et à 21 885 FCFA l’action, lorsqu’on considère ses résultats de 2008.onatel siege

La poudre aux yeux

La note d’information d’Onatel n’a pas spécialement détaillé les techniques d’évaluation du prix de l’action. D’ailleurs, combien d’entre nous aurions compris tous ces termes techniques ? Le discours indiquait en plus que l’état burkinabé, le vendeur, avait exercé une décote. Pourquoi en douter ? Ce d’autant plus que l’on annonçait l’arrivée prochaine dans l’affaire de la Société Financière Internationale, une filiale de la banque mondiale. Un tel investisseur ne rentrerait pas si l’affaire n’était pas bonne. A cela, il faut ajouter l’incorporation des réserves qui a dû tromper plus d’un.

La chute ?

Pourquoi venir jeter un pavé dans la marre un an après ? Juste pour essayer d’expliquer pourquoi l’action Onatel n’avance pas. L’entreprise a un très bon potentiel de croissance, mais son action a été surévaluée depuis la base par le vendeur. A notre humble avis, le paiement d’un dividende assez intéressant peut aider à soutenir cette surenchère. Dans le cas contraire, nous ne serons pas surpris de voir l’action Onatel passer sous la barre de 40 000 FCFA, avec tous les risques de panique que cela peut entraîner auprès des petits porteurs déjà effrayés par l’ombre d’Ecobank.

Ecobank ! Nous nous souvenons avoir été les premiers à annoncer que cette valeur cotera en dessous de 75 FCFA. Gare à Onatel !

Euclide Okolou de www.okibourse.com

Articles Similaires

Share

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

Leave a Comment

Share
Translate »