Boa Mali, la faillite ?

« Boa Mali a fait faillite ? Bernard Madoff fera faillite. Non, ce n’est pas possible c’est un milliardaire ». C’est ce texte provocateur que j’ai reçu par email en début de semaine d’un investisseur inquiet du silence sur la cotation des actions de Boa Mali à la bourse des valeurs de l’Uemoa (Brvm). Il dit avoir vainement appelé plusieurs intervenants de l’opération pour se renseigner. Il est l’un des souscripteurs des 400 000 actions que Bank Of Africa Mali avait mises en vente en décembre dernier. L’on se souvient que l’opération a été une belle réussite. 400 000 actions offertes pour plus de 2,5 millions demandées. Tout s’était écoulé en 8h, puis il y’a eu l’annonce de la cotation effective en bourse en mars 2016.

Nous sommes en fin avril et toujours rien. Aucun communiqué, aucun article de presse n’annonce la cérémonie marquant l’introduction à la cote des nouvelles actions, encore moins une explication du report. Au conseil régional, à la Brvm ou à Bamako, aucune information ne filtre. Les numéros affichés dans la note d’information ne décrochent pas. Pendant ce temps, en dehors de Boa Sénégal, toutes les autres filiales du groupe qui sont cotées à la Brvm ont publié leurs résultats financiers de 2015. Celles du Burkina Faso et de Cote d’ivoire ont déjà payé leurs dividendes. Celles du Niger et du Benin ont fixé des dates de paiement le mois prochain.

boamali

Nous savons également que Bmce Bank of Africa a annoncé ses  1,96 milliards d’euros de résultat net 2015 sur la base des résultats de toutes ses filiales. Boa Sénégal a peut être eu des problèmes de communication suite au décès de son patron, feu Laurent Robert basque en février dernier. Maintenant qu’il a été remplacé par l’ancien ministre malien Mamadou Igor Diarra. Ça devrait bouger.

Qu’en est-il de Boa Mali ?

Au sein du groupe Bank of Africa, on est habitué aux marchés financiers. Les vrais cadres de cette institution connaissent leur devoir en matière de communication financière. Ceux de Boa Mali ne viennent pas de Jupiter, même si la filiale malienne est à ses premiers pas sur le marché boursier. De plus, elle est conseillée par Boa Capital, le courtier en bourse maison qui totalise plus de 15 ans d’expérience sur le marché. Elle sait qu’elle n’a pas le droit de laisser les souscripteurs sans information pendant plus d’un mois. Alors les raisons de s’inquiéter sont réelles.

Les raisons de s’inquiéter

Il n’y a rien dans l’actualité qui incite à s’inquiéter sur Boa Mali en particulier. Ce qu’on entend de ce pays ces derniers temps, parle surtout de terrorisme. Quel impact le terrorisme a-t-il eu sur l’activité de la banque ? Ou sur celle de ses principaux clients ? Va-t-elle nous pondre des provisions extraordinaires par rapport à ce climat des affaires ? Peut être qu’elle craint les effets d’un mauvais résultat annuel dans la période de l’introduction. Son compte de résultat prévisionnel annonçait un bénéfice net 2015 de 4,4 milliards de FCFA et 5,6 milliards de FCFA de dotation aux provisions. Qu’en est-il en réalité ? Le secret ne sera plus gardé bien longtemps.

BOA-Mali

Articles Similaires

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

One Comment

  1. MR INQUIET says:

    très inquiet au sujet de cette introduction car déjà au niveau des allocations, une grosse magouille a été opérée.Dommage pendant que le marché des actions commence à intéresser le public……

Leave a Comment