Cie-Sodeci : Que valent les solutions du président Alassane Ouattara ?

Share

Depuis quelques temps les ivoiriens se plaignaient d’une augmentation de leurs factures d’eau et surtout d’électricité. Certains témoignages sur les réseaux sociaux ont parlé d’une élévation de 50 à 150%. Cette décision a été prise lors d’un conseil des ministres à Odienné en mai 2015. Le gouvernement avait alors justifié sa décision en expliquant que « le prix de l’électricité en Cote d’Ivoire est trop bas par rapport à son coût ». Le gouvernement avait déjà investit 200 milliards de FCFA dans le secteur, il a l’ambition de faire passer la couverture nationale en électricité de 53% en 2015 à 95% en 2020.

Le président ivoirien Alassane Ouattara (cr ph:abidjan.net)

Le président ivoirien Alassane Ouattara (cr ph:abidjan.net)

Le problème

La Cie (compagnie ivoirienne d’électricité) est producteur d’électricité à coté d’autres producteurs indépendant comme Ciprel et dispose du monopole de la distribution avec une commission fixe. Techniquement, l’augmentation du prix de l’électricité ne lui profitent pas directement, mais plutôt à l’état, comme l’explique le journaliste Théophile Kouamouo : « Après avoir prélevé les factures, la Cie se rémunère, elle paie les producteurs indépendants d’électricité et les fournisseurs de gaz (dont Foxtrot International, propriété des frères Bouygues qui sont partis de la CIE pour mieux rester dans le secteur). S’il lui reste de l’argent, elle paie la redevance de l’Etat (qui devrait lui permettre d’investir dans le réseau, mais en réalité y parvient à peine), reverse la TVA et les autres taxes… Si l’argent ne suffit pas, tant pis. En gros, c’est l’Etat qui supporte les déficits du secteur ». En augmentant les prix, l’état augmente sa capacité à soutenir ce secteur et atteindre ses objectifs.

La solution

« Nous avons découvert que la décision gouvernementale n’a pas été correctement appliquée et que certains abonnés ont connu une hausse plus élevée que celle initialement prévue » a déclaré le président ivoirien avant d’annoncer la suspension de ces mesures gouvernementales et de lancer « un appel à tous ceux qui souhaitent investir dans ce secteur pour que nous ayons une saine compétition qui permettra de maitriser les prix et de baisser le cout de l’électricité ».

Vu sur facebook

Vu sur facebook

Si le président s’en prend au monopole du distributeur, ça veut dire qu’il veut se rattraper dans la commission de ce dernier. Est-ce que cela suffira ? La Cie sera-t-elle la seule à faire des sacrifices ? Son service de distribution et de recouvrement engage des coûts. Tout comme l’investissement des producteurs d’électricité attend une plus value. C’est leur engagement qui a permis au pays d’augmenter sa capacité installée et d’être un leader du domaine dans la sous région. Le citoyen aussi devrait supporter la facture, pas à 30 ou 100% comme on l’a vu, mais pourquoi pas un 5 ou 10% bien contrôlés.

Annuler l’augmentation du prix de l’électricité ne suffira pas, parce que le problème de financement du secteur électrique demeure. Il faudrait peut être au gouvernement ivoirien d’entamer des négociations avec tous les intervenants du système pour conduire chacun à faire des sacrifices.

Articles Similaires

Share

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

Leave a Comment

Share
Translate »