Dieu a compliqué la situation d’un boiteux de naissance

Un homme boiteux de naissance : Porteur d’un handicap ancien, avec lequel il est habitué à vivre, avec lequel les gens sont habituées à le voir. Ça devient son identité. On l’appelait certainement par son problème : le boiteux de la belle.

Profession : mendiant. Ce jour là après avoir bossé presque toute la journée. Vers 15h il a demandé l’aumône à 2 hommes visiblement ordinaires, qui l’ont donné une réponse extraordinaire : « Je n’ai ni argent, ni or ; mais ce que j’ai-je te le donne : au nom de Jésus christ de Nazareth, lève toi et marche ».

Ce n’est pas toujours avec l’argent qu’on aide les gens. Combien de fois avons nous évité des amis en situation particulière (détresse ou bizarrement parfois de joie) juste parce que nous pensons ne pas avoir d’argent pour offrir un cadeau au bébé, aux mariés ou pour l’aider à résoudre son problème que nous reconnaissons trop compliqué. Alors que même en l’absence d’argent et d’or, nous pouvons donner de notre amour. Nous pouvons écouter pour aider à évacuer, à se confier. Nous pouvons donner notre temps pour aider à organiser la fête, à organiser les funérailles. Il y’a tellement d’autres façons d’aider sans argent, sans or.

leve-toi

 

Cet homme a eu la grâce de recevoir la totale : la guérison d’un vieux problème qui impactait négativement sa vie. Au lieu d’une pièce pour aider à couvrir la journée, Dieu l’a donné la guérison, qui détermine pour lui la capacité de faire ce qu’il ne pouvait pas jusque là.

« Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes ; d’un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu ». Actes 3 :7-8

Là où son handicap l’empêchait d’arriver, maintenant il avait les moyens d’y aller. Quel est notre handicap ?

Un taximan d’Abidjan nous avait montré un boiteux mendiant au quartier des 2 plateaux, chez qui il faisait souvent la monnaie la nuit, parce que ce mendiant gagne parfois plus de 5 à 10 mille FCFA/jour. Mieux que plusieurs ivoiriens à l’époque.  Nous avons pensé à ce qu’une telle guérison représenterait pour lui. Certainement d’abord la joie, avant de réaliser, lui et ses parents qui le déposent là chaque matin, que c’est une atteinte à leur gagne-pain ; que son bien-être physique était une source de responsabilité nouvelle : un nouveau gagne-pain

On ne donne pas facilement à un mendiant bien portant. Il y’aura toujours quelqu’un pour dire « trouve toi un travail ». En fait, sa guérison le faisait sortir de sa zone de confort et l’exposait face à des réalités qu’il ne gérait pas auparavant, dés réalités qu’il devait surmonter pour accéder à plus dans cette vie…Heureusement que le Dieu qui l’a fait sortir de cet handicap est aussi capable de l’accompagner dans ses nouveaux besoins, car il ne se limite pas à régler les problèmes du front office, il corrige aussi le back-office.

Actes 3.1-10

Okibata

Articles Similaires

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

Leave a Comment