Etude : L’obésité serait nuisible même après correction

 

bfda2cb80f_femmes-obeses_colros-flickr-cc-by-sa-20_01

Une étude américaine publiée cette semaine indique que le risque de mortalité liée à l’obésité serait sous estimé. Andrew Stokes, professeur adjoint de santé publique à Boston explique que les précédentes études considéraient le poids pris une seule fois. Or le surpoids sur une longue période augmente le risque de mortalité précoce.

En considérant l’historique des poids entre 1988 et 2010 dans une enquête sur la nutrition et la santé aux Etats Unis, les chercheurs ont reliés leurs données aux registre des décès jusqu’en 2011. 39% des personnes étudiées ayant un poids normal, étaient d’anciens obèses.  “Le simple fait d’incorporer les mesures du poids dans le temps clarifie les risques de l’obésité et montre qu’ils sont beaucoup plus grands qu’estimés jusqu’alors” a expliqué le scientifique américain à l’AFP.

Les chercheurs ont déterminé que le risque de mortalité des personnes qui avaient un poids normal au moment de l’enquête mais avaient été obèses ou en excès pondéral dans le passé, était 27% plus élevé par rapport à ceux qui ont toujours gardé la ligne. Idem pour le diabète de type 2 et pour les maladies cardiovasculaires qui sont plus fréquentes chez les anciens obèses que chez d’autres.

Selon l’Oms, l’obésité est le cinquième facteur de risque de mortalité et tuerait 2,8 millions de personnes par an. Cette étude montre donc que ces chiffres sont sous-estimés puisque ses conséquences perdureraient même après une correction du poids.

Okibata

Articles Similaires

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

Leave a Comment