La Brvm vise plus de transactions et oblige les sociétés cotées à modifier leur capital

Pour avoir plus de transactions sur le marché financier, il faut qu’il y’ait beaucoup de titres en circulation. A défaut d’attirer plus de sociétés de la sous région à la cote, la Brvm a décider de multiplier les titres de celles déjà cotées. Ainsi l’institution présidée par Monsieur Atepa Goudiaby a pris des mesures lors de la réunion de son conseil d’administration en décembre dernier.

La première mesure vise à faire respecter les textes relatifs au niveau du flottant.  Les sociétés cotées sont sensées émettre au moins 20% de leur capital dans les deux ans qui suivent leur admission à la cote, 15% lorsque la société a moins de 500 millions de FCFA de capitalisation boursière et qu’elle s’introduit par augmentation de capital. Ce qui veut dire que des sociétés comme Crown Siem et Nestlé Cote d’Ivoire dont le flottant est inférieur à 15% (respectivement 10,42% et 13%) doivent lâcher davantage au marché.

De gche à dte: MM Atepa Goudiaby Pca de la Brvm - Adessina, président de la Bad - Kossi Amenounve, Dg de la Brvm. Credit Ph: Brvm - fevrier 2016

De gche à dte: MM Atepa Goudiaby Pca de la Brvm – Akinwumi Adesina, président de la Bad – Kossi Amenounve, Dg de la Brvm. Credit Ph: Brvm – fevrier 2016

L’autre décision majeure est le volume minimum de titres composant le flottant qui est désormais fixé à 2 millions pour les sociétés dont la capitalisation boursière est inférieure à 50 milliards de FCFA, 4 millions de titres lorsque la capitalisation boursière se situe entre 50 et 99 milliards de FCFA. Les crans de 100 à 199 milliards de FCFA et supérieur à 200 milliards devront respectivement avoir au moins 5 et 10 millions de titres.

Plus des deux tiers des sociétés cotées ne répondent pas à ces nouvelles normes. De la grande Sgbci à la Cie, en passant par Solibra ou Tractafric Motors Cote d’Ivoire. Même la nouvelle Total Senegal qui avait pris soin de fractionner ses titres avant de venir sur le marché en 2015 doit revoir son capital.

Tout ceci indique que des offres publiques de ventes d’actions et des fractionnements de titres seront observés en grand nombre, ces deux prochaines années.

Euclide Okolou

Articles Similaires

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

Leave a Comment