Pas de traitement antipaludique sans confirmation biologique

« Pas de traitement antipaludique sans confirmation biologique »  est le message véhiculé par les pédiatres de Pointe-Noire lors d’une rencontre sur la prise en charge du paludisme grave chez l’enfant.

De G à Dte: Dr Kanza Syl et Dr Bandoho

De G à Dte: Dr Kanza Syl et Dr Bandoho

Selon les chefs de service des principaux hôpitaux de la ville océane, la disponibilité des gouttes épaisses même pendant les gardes et des tests de diagnostics rapides (TDR) dans le commerce obligent à réduire la fréquence des traitements antipaludiques présomptifs. Le Dr Bandoho explique que même si l’on a près de 40% de faux négatifs avec les TDR et 20% avec la goutte épaisse, il convient de les refaire le lendemain et le surlendemain (au besoin) avant de mettre le patient sous antipaludiques et pendant ce temps faire juste un traitement symptomatique.

Le Dr Kanza à sa suite a précisé que lorsque le TDR et la goutte épaisse sont tous les deux négatifs, il faut envisager un autre diagnostic en dehors du paludisme.

Cependant, certains praticiens se sont inquiétés de ce que le résultat biologique ne sort pas toujours rapidement et est souvent biaisé, vu qu’ils ont plusieurs fois amélioré l’état de santé de leurs patients avec traitements présomptifs alors que la goutte épaisse était négative. Une autre inquiétude s’est dégagée sur le risque de voir l’état d’un patient s’aggravé en attendant une confirmation biologique.

Articles Similaires

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

Leave a Comment