Prêcher l’entrepreneuriat plutôt que la prosperité

Les fidèles dans les églises sont très influencés par le message de fond qu’ils entendent chaque jour. J’appelle message de fond, le thème préféré de leur pasteur.  Chacun en a au moins un. Dans telle église, vous avez un pasteur qui aime prêcher l’évangélisation, vous verrez que c’est le thème préféré des causeries de ces fidèles. Dans telle autre c’est la délivrance des esprits mauvais qui domine, vous risquez de voir les fidèles du coin chasser des démons même avant de manger au lieu de rendre simplement grâce à Dieu. Ce qui montre l’impact de ces messages de fond dans la mentalité collective.

credit ph: cpq.qc.ca

credit ph: cpq.qc.ca

Si le prédicateur associe à ce message l’encouragement à entrepreneuriat, les choses vont changer dans nos églises. J’ai parfois l’impression que là où l’on prêche beaucoup la prospérité, les indigents se sentent inférieurs ou plus éloignés de Dieu par rapport au pasteur qui est bien entretenu et les frères qui remplissent le parking de leurs grosses voitures. En prêchant l’entrepreneuriat, je pense qu’on retrouvera maintenant des gens gênés parce qu’ils ne font rien pour changer leur situation. Cela sera avantageux pour l’église, parce que malgré les fortunes diverses, les expériences forcement différentes des uns et des autres, le niveau de vie général augmentera, par conséquent les ressources financières de la communauté.

Prêcher la prospérité, c’est bien. Dieu bénit. Il sait bénir sauvagement, je le sais. Mais cette prospérité n’est pas le fruit d’offrandes saignantes ou de jeûnes et prières sans fin. Même dans le pays où coulent le lait et le miel, il faut travailler pour se servir, et notre récolte sera proportionnelle au temps consacré au travail.

Il sait faire pousser l’herbe dans le désert, c’est vrai ! Mais c’est un miracle. Et à ma connaissance un miracle est la survenue d’un fait rare. Le reste du temps, on mange suivant les principes de la semence et de la récolte.
Je ne dis pas qu’il faut négliger son intimité avec dieu pour courir après les biens terrestres. Loin de là ! Lui être agréable d’abord, je sais. Je veux juste dire que Dieu lui-même encourage le travail comme solution à la pauvreté.

Proverbes 6 :6-11 : Va vers la fourmi, paresseux ; Considère ses voies et deviens sage. Elle qui n’a ni capitaine, Ni officier, ni maître ; Elle prépare en été sa nourriture, Elle amasse pendant la moisson de quoi manger. Paresseux, jusques à quand seras–tu couché ? Quand te lèveras–tu de ton sommeil ? Un peu de sommeil, un peu d’assoupissement, Un peu croiser les mains en te couchant…Et la pauvreté te surprendra, comme un rôdeur, Et la disette comme un homme en armes.

 NB : Je n’ai pas dit que l’entreprenariat doit être le message de fond, sinon imaginez les sujets phares des chrétiens dans l’assemblée.

Articles Similaires

facebook-profile-picture
Médecin congolais. Président d'un club d'investissement à la Bourse d'Abidjan. Auteur de Manuel Pratique pour Gagner à la Bourse des Valeurs de l'Uemoa

Leave a Comment